Sortir du capitalisme



  • La proposition Bolo’bolo

    Par Les Renseignements Généreux

    Depuis la crise financière de 2008, les critiques du capitalisme se multiplient. Chaque semaine ou presque sort un nouveau livre expliquant combien ce système mène l’humanité au désastre par le creusement des inégalités sociales, le renforcement des oligarchies, l’approfondissement des crises économiques, des catastrophes industrielles et environnementales…
    Parmi ces ouvrages, très peu proposent de nouvelles visions positives de la société, des alternatives possibles au capitalisme. Quelle meilleure organisation économique et sociale imaginer ? Comment construire un monde où l’accès aux biens vitaux, au logement, aux soins, au savoir serait généralisé ? Quelles sont les solutions énergétiques, alimentaires et économiques crédibles ? Et surtout, quelles sont les transitions possibles vers une société post-capitaliste plus égalitaire, plus sobre, plus démocratique ?
    Publié en 1983 par l’écrivain suisse P.M., le livre bolo’bolo fait partie des rares ouvrages osant aborder toutes ces questions de front. Trente ans après, découvrons ou redécouvrons cette ‘‘pragmatopie’’ pour temps de crise.

    Lire la suite… et adoptons la proposition Bolo’bolo :

    • Entraver le capitalisme
    • Rendre le capitalisme superflu,
    • Placer le post-capitalisme au coeur du débat public

    http://www.les-renseignements-genereux.org/fichiers/15297



  • Vivre sans argent et en dehors de la société de consommation. Le pari fou de ces villages !
    Vivre sans argent, c’est possible. C’est ce qu’ont expérimenté ces quelques petites communautés des Pyrénées orientales. Uli Alto, Lakabe ; ils sont plusieurs villages à avoir fait ce choix, non seulement économique, mais qui constitue aussi et surtout un choix de vie. Bio, respectueux de la nature, indépendant : Uli Alto a tout pour plaire…
    http://lareleveetlapeste.fr/vivre-sans-argent-et-en-dehors-de-la-societe-de-consommation-le-pari-fou-de-ces-villages/



  • Vive l’agriculture raisonnée et vive Brachoua.

    Si certains parmi vous sont intéressés par un séjour à Brachoua (pour s’en inspirer et mieux comprendre) sachez que des habitants du village ouvrent grand leur maison en échange de quelques heures de travail.

    http://positivr.fr/brachoua-permaculture-maroc-developpement-durable/


Se connecter pour répondre