Economie Sans Complexes: l'Algorithme du Simplex=80% des Ordinateurs dans les années 90



  • Économie sans complexes:

    l’algorithme du Simplex.

    Par un ancien matheux.
    L’économie calcule. Voici un petit topo sur l’algorithme qui tournait sur 80% des ordinateurs dans le monde selon mon prof, j’étais alors en licence de maths et c’était en 1993-94.
    Principe: J’ai des matières premières en diverses quantités et je veux qu’ça m’fasse de la maille, que ça me rapporte des thunes, et un max.
    “Rassure toi jeunot, les contribuables payent tes profs qui vont te distiller les formules magiques pour transformer le plomb en thunes”
    Principe:
    Vous avez des matières premières en différentes quantités, ex simple en pâtisserie :
    1 tonne de farine, 200 kg de beurre, 20kg de pruneaux, 40litres de lait, 400 kilo de sucre etc quelques autres ingrédients en telle ou telle quantité. En jargon matheux on dit qu’on a une combinaison linéaire de tel et tels ingrédients.
    Chaque ingrédient a un coût
    Et on peut faire tels ou tels produits finis avec pour chacun sa combinaison linéaire d’ingrédients. Chaque produit fini ayant son prix de vente. Le truc c’est qu’il faut que ça rapporte. Alors en faisant telle quantité de flans aux pruneaux, plus telle quantité de quatre quarts plus telle quantité de crêpes etc dans des quantités optimisées pour que le rendement soit maximum, on peut se payer des vacances ensoleillées, ce fabuleux cross over à l’épreuve de la ville, financer des études pour ses enfants ou profiter des joies simples de la vie.

    Donc les ordinateurs tournaient à 80% sur comment gagner un max de pognon. Si c’est ça le bonheur…

    Remarque pour les non matheux: vous avez raison cet algo du moins ce que j’en décris ne tient pas compte de tas de paramètres. Mais les mathématiques sont la science des approximations. Cet algorithme est le squelette conceptuel de la production de beaucoup de choses sur le marché.

    Remarque pour les matheux: l’algorithme du simplex est un calcul sur des matrices (ou systèmes d’équations (avec x y z etc…)) qui mettent en rapport des entrées matières premières avec des sorties quantités de tel et tels produits finis en tenant compte des prix d’achat et de ventes.

    J’ai pas eu ma licence de maths mais ça m’a éclairé sur l’esprit bourrin de certaines recherches et surtout de ceux qui les utilisent. Alors oui 20 piges après je crache dans la soupe. A l’époque je découvrais en même temps l’aïkido et quelque chose m’a éclairé puissamment. C’est la genèse de cet art martial. Morihei Ueshiba était un homme très impliqué dans la vie sociale(il faisait du social, pas de la politique) en même temps qu’il était un grand pratiquant d’arts martiaux. Mais même si le budo (la voie des arts martiaux) est avant tout défensif et éducatif, la technique fait de vous une machine à tuer. Un jour M. Ueshiba lors d’un duel amical au sabre avec un général dont il sortit vainqueur a mains nues, eut la révélation qu’on peut désamorcer la violence des arts martiaux et ce fut la naissance de l’aïkido.
    Quel rapport avec l’économie ?
    Je crois pouvoir dire que pour M. Ueshiba et d’autres pratiquants que l’aïkido est partout dans la Nature (un peu comme la Force des jedi mais en vrai) voire l’Univers est un tatami d’aïkido.
    Voilà, je veux croire qu’on peut désamorcer la violence et le côté bourrin de l’économie. Une économie non violente. Je crois qu’ étymologiquement ça s’appelle “écologie”.

    Antoine Toine pour Libre@Toi



  • Je ne vois pas d’opposition entre l’économie et l’écologie. L’écologie décrit des normes que l’économie devrait appliquer, si tout fonctionnait bien. Or, on voit bien que ce n’est pas le cas, l’économie de marché se fiche de ce qui est bon ou mauvais pour l’environnement, ce n’est pas son domaine. Donc il y a nécessité de lui imposer le respect de normes.
    Tu as fait une jolie description de ce qu’on appelle l’algorithme du simplex mais ce qui est décrit avec des inconnues x y z… est beaucoup plus parlant en comptabilité analytique dont la finalité est de calculer précisément les coûts et de déterminer ainsi les marges et les résultats générés par l’exploitation.
    Tu n’as pris que les ingrédients, c’est vrai, mais un boulanger y aurait rajouté un % d’électricité, ou d’eau utilisé à faire ce pain ou ce gâteau. Il aurait probablement rajouté le salaire horaire d’un ouvrier ou d’un apprenti s’il en avait eu un. Tout ça pour dire que ce n’est pas nécessairement pour se faire de la thune mais pour pouvoir poursuivre une activité qu’on a choisi et qu’on aime faire. Après bien entendu on peut aller plus loin, calculer quel est le pain ou le gâteau le plus rentable.
    Et ces enjeux sont importants voire centraux dans toute entreprise ou organisation, quelle qu’elle soit. Ça aide à prendre des décisions. Je crois qu’il faut prendre les choses pour ce qu’elles sont, des outils pour décider, on arrête une activité ou on la continue. Mais on a besoin de savoir.
    L’argent n’est pas un problème lorsqu’il est réinvesti dans des projets plus grands, plus humains, dans le développement des technologies “vertes”, la permaculture, tout ce qui concerne le retraitement des déchets, etc… En résumé, je pense que l’économie aurait besoin d’être décrite d’une manière plus simple, et compréhensible de tous, sans pseudo-expert bfmtv itélé et consort, qui s’arrangent pour tout embrouiller afin de servir un système qui les “gavent”, mais qui agissent en vrais incompétents, bien présentables et très culottés.


Log in to reply